Paris misère.

R121_0005

SDF – Quai d’Austerlitz.

Quand on erre dans les rues en s’adonnant à la photographie, il y a des instants magiques qui à eux seuls justifient cette pratique, et d’autres déprimants, qui à eux seuls vous la ferait abandonner.

Cette photo a été prise il y quelques semaines, au bord de la Seine, face au ministère des finances, à 7h. Deux SDF assis au bord d’un trottoir me voient passer appareil en mains, le moins mal en point des deux m’interpelle et me demande de prendre cette photo. Comme je n’aime pas trop le coté voyeur de ce genre de clichés, je fais mine de refuser et lui explique que je ne suis pas journaliste et que je ne peux malheureusement pas diffuser ce genre de photo  à grand-monde, ce qui semble le décevoir.

Le SDF resté assis me regarde et me demande avec des mots que je comprends à peine s’il peut avoir mon pull. Pour ce que ça me coute, sortant photographier avec des habits usés, je m’exécute et lui tends mon vieux pull. L’autre m’arrête immédiatement et m’explique que le pull en question finira en lambeau dans l’heure, affirmation que la scène que j’ai sous les yeux rend assez crédible. 

Après quelques minutes de discussion, je finis par prendre la photo, un peu écœuré, je m’achète une bonne conscience en leur laissant quelques pièces de monnaie afin de pouvoir retourner à mes propres problèmes, en essayant de me persuader que je n’ai pas vraiment d’autre choix.

Ce souvenir revenant régulièrement depuis, je la publie finalement à fois pour me libérer, et pour finalement répondre comme je le peux à cette demande …

21 réflexions sur « Paris misère. »

  1. émouvant ce que tu dis!!!
    j’ai beaucoup de mal à prendre les gens en photo, pour différentes raisons..je n’aime pas quand ils posent, je suis mal à l’aise car ils attendent de moi une photo que je ne sens pas…
    mais dans ton cas, c’est encore pire… mais , ton cliché est superbe!!!

    1. J’ai vu il y a pas longtemps sur un blog que j’aime beaucoup, celui de Geoff (http://geoffshootstheworld.com/2013/06/30/auschwitz-concentration-camp/) des photo d’Auschwitz, la lumière était splendide, comme il se débrouille bien il a fait des photo particulièrement esthétiques et lire son article est vraiment perturbant. Le fait de pouvoir provoquer quelque chose comme il l’a fait, en contrastant de manière horrible la photo avec son sujet c’est ce qui a achevé de me convaincre. Merci 🙂

      1. de rien!! je regarderai son blog demain.. je file dodo! 😛
        ps.. j’ai reblogué ton article, si tu n’es pas ok.. dis le moi 🙂

  2. Cette scène que l’on voit un peu partout dans le monde est bien triste. Toit comme il est parfois incompréhensible que des gens choisissent de  »vivre dans la rue »…mais est-ce vraiment vivre? Et pourquoi ont-ils fait ce choix…? Ont-ils seulement eu ce choix?!?

  3. Il y a quelque chose qui vous dépasse toi et lui dans cette photo, il a bien fait de te demander de la prendre, tu as bien fait de la faire, c’était une sorte de « rendez-vous » à ne pas manquer… Au delà des circonstances.
    Ce qui la rend très forte c’est qu’il en ressort une dimension purement humaine, universelle.
    C’est ce que tu avais de meilleur à lui offrir, même s’il ne voit jamais la photo.

  4. Oui c’est une très belle photo, et oui il faut montrer la misère, la beauté de la photo c’est une dignité pour la personne qui a accepté de donner son image
    Ce n’est pas facile, personne ne peut être à l’aise avec la misère
    Voilà le lien vers le site d’artistes de Grenoble qui s’y sont confrontés : http://lelaboratoire.net/exposure/, le texte de Daniel Bougnoux me semble assez juste

    1. Merci pour le lien, une lecture très intéressante et qui me conforte un peu dans ma démarche ! J’ai d’autres photos que j’ai toujours hésité à publier, il y aura peut-être une suite ..

  5. J’ai photographié un mendiant en Inde. Il était sale et couvert de pustules. J’avais exposé cette photo dans mon bureau puis elle m’a dégoutée. Là ton cliché est beau, l’homme brille, son visage est superbe mais…il a quelque chose, un bobo au pouce…?

    1. Oui il avait perdu le bout de son pouce, et avait pansé ou plutôt caché la plaie avec un truc indéfinissable. Cette photo me rappelle ce souvenir et me donne encore la nausée quand je la regarde trop longtemps, et je ne parle pas de la version couleur qui est moins digne et impubliable pour moi. Merci pour tes compliments.

      1. Même chose alors !? C’est dur de photographier la détresse, Hein !? En voici une qui joue sur le noir et blanc et la couleur…
        (lien à effacer STP) (c’est fait !)

      1. En fait cette photo (j’en avais fait un article sur mon blog ; tu peux garder ce lien cette fois !) exprime pour moi la solitude, la vacuité… En couleur dans un environnement gris de colonnes verticales… complètement réalisé et épanoui ..la lumière qui jaillit de l’intérieur.
        http://danielbukohoten.com/2012/09/16/ku-mu-la-vacuite-rien/
        C’est bizarre notre conversation sur le pouce de cet homme, j’ai l’impression d’avoir déjà vécu cet échange …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s